Note de la DGPR, importante et stupéfiante

 Par cette note, la DGPR reconnait bien le fait qu'il est nécessaire de nommer une Commission de réexamen.

En même temps, elle fausse le contexte de l'expertise d'une manière stupéfiante.

rubriques/2011/05/25/AIRAPJO_logo_Annecy_2018_2.tiff
 

Lorsqu'elle précise dans le contexte de l'expertise qu'elle décrit (voir le texte associé du "projet de cahier des charges rédigé par la DGPR), que "les services de l'Etat ont modifié, à la marge, le contour de quelques couloirs", les questions du lecteur, averti ou non, sont :

- quel est le sens des mots?

- que cherche t-on à occulter?

- s'agit-il d'une erreur d'appréciation ou d'une volonté de travestir la réalité?

Il faut savoir, en effet, qu'à cette époque, le PPR avait déjà été modifié à la suite des interventions répétées de l'expert Richard Lambert, de l'AIRAP et d'autres personnes de la vallée de Chamonix pour incorporer dans un des couloirs d'avalanches étudiés, dit "des Glaciers" (ou les Pélerins), une Auberge de jeunesse, un Groupe scolaire, un Centre de travailleurs sociaux, des HLM et quelques dizaines d'appartements et chalets, 110 logements au total, le tout concernant plusieurs centaines de personnes. Il ne s'agit pas d'une modification à la marge, mais d'une modification de grande ampleur.

L'AIRAP est choquée de cette manière de présenter les choses, de voir ainsi travestie la réalité qui, en fin de compte, peut faire passer pour anodine la nécessité de réexaminer la quarantaine de couloirs. Elle entend le faire savoir, sans relâche.

Publié par AIRAP , le 24 mai 2011

Les articles de la rubrique